Neiren

Le plus prestigieux building d'affaire ouvre ses portes sur un monde complètement décalé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Vrai Visage [Amélia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jules Laytis

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 24/12/2009
Localisation : Pas loin des jolies fleurs

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Beta Testeur d'AGL

MessageSujet: Le Vrai Visage [Amélia]   Ven 25 Déc - 4:36



Ce soir, c'était le Réveillon. C'était le soir où les familles, les amis, les couples se réunissaient, ensemble, afin d'apprécier ce moment magique et de partager leurs joies comme leurs souffrances. Si beaucoup ne portaient pas cette fête en leur coeur, beaucoup n'avaient pas leur chance et auraient aimé la vivre plutôt que de la partager seule. Le cas de Jules.

A première vue, ce n'était qu'un abruti, un pervers sans intérêt.... Ce n'était pas faux, mais ce n'était pas sa vraie nature, juste un masque. Un rôle à endosser pour mieux s'intégrer en société et ne pas laisser transparaître ses peines à travers un quotidien trop amer et banal. En jouant ce personnage, il devenait quelqu'un et on s'intéressait à lui d'une manière ou d'une autre, en bien ou en mal. Plus qu'un être niais et vicieux, Jules était surtout une âme torturée qui vidait sa quiétude à travers ce tempérament insupportable de charmeur. Il était conscient qu'il n'attirait personne de cette manière mais c'était ainsi qu'il avait été formaté. Le penser fort était encore plus douloureux que de l'énoncer.

Voilà la raison de sa présence en ces lieux de perversion. Au milieu de ce tableau de dépravation, il trônait, vidé, comme lavé de tout et absent, déconnecté de cette réalité. Ni saoul, ni drogué, il fixait sa table, assis et penché au dessus du meuble en verre noire qui reflétait sa silhouette morose. Les questions qui concernaient son identité, sa place en ce monde, l'intérêt de son existence, tout se mélangeait en ce soir de solitude. Il n'avait pas soif, ne se sentait pas obligé de reluquer les couples nus en plein ébat comme tout obsédé l'aurait fait, ni de se masturber en imaginant ses pures fantasmes. Le sien n'était pas d'être au milieu d'une savoureuse orgie, ni de posséder son propre harem... tout ce qu'il voulait, c'était de l'amour, en donner et en recevoir. Il ressentait ce besoin, cette nécessité qui agrippait sa gorge comme la soif vous prend en plein désert. C'était un sentiment de vide vraiment insupportable et frustrant.
Il s'était rendu ici inconsciemment, guidé par ses pas hésitants et désormais il était une statue parmi les vices les plus ignobles que supportaient ces couples, ces hommes, ces femmes... Sans même y jeter un oeil, il en vint à se questionner sur le sens de leurs entreprises à eux. Pourquoi agir ainsi ? Pourquoi partager leur vie sexuelle avec d'autres ? Pourquoi souffrir dans l'amour ? Tout ça, ça le dépassait, certainement parce que l'amour lui-même n'était pas quelque chose qu'il semblait être en mesure de comprendre, de posséder ou de partager. Définitivement, il ne savait pas y faire. Malgré tout ce qui se passait autour de lui, il se sentait indifférent et étranger à ce monde qui lui paraissait si froid, lugubre, mécanique... Ces personnes s'accouplaient comme de vulgaires steaks, poussaient des râles à le faire vomir, suintaient la douleur, le vice, le désir. Ils étaient comme des fauves affamés. Ils l'effrayaient presque.

La Peur... Peut-être était-ce le sentiment d'effroi inexplicable qui le retenait. En aimant, en tentant de séduire réellement, il s'aventurait vers un terrain inconnu. Peut-être était-ce agréable, peut-être était-ce incomparable à toutes les bonnes choses qui existaient en ce monde, comme le jus de raisin... Et peut-être que cela entraînait à ce genre de regroupements bestiaux qui consistaient à jouir de la façon la plus ignoble sur les uns et les autres. Dans une expression de dégoût et de crainte, il dévisagea les silhouettes informes et bruyantes qui remuaient en tout sens, de redoutables ombres frémissantes qui empestaient jusqu'à sa table. Il avala sa salive et détourna les yeux, la bouche entrouverte et le teint pâle. Sa main gantée de mitaines passa sur son front mouillé, ôtant au passage ses lunettes fétiches qu'il rangea hâtivement dans son costume, mal à l'aise et étouffant malgré qu'il porte souvent des vêtements débrayés. Il avait peur de l'amour et des conclusions, des souffrances futures que cela pouvait représenter... Et en ce soir, il était encore une fois seul, son coeur le faisant souffrir atrocement, baigné dans cet univers peu ragoûtant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amélia Black
Avocate Nymphomane
avatar

Messages : 230
Date d'inscription : 30/08/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: Le Vrai Visage [Amélia]   Ven 25 Déc - 8:40

Il est des endroits que l'on qualifie de peu fréquentables. Ce soir, c'était Noël, Amélia passait cette fête toute seule comme presque à chaque années. Seule, un mot bien triste pour une fête aussi joyeuse n'est-ce pas ? Elle aurait pû demander à prendre congé ce jour là et aller passer ce jour en famille mais elle ne l'avait pas fait. Non. Elle préférait le confort du salaire qui paie le loyer, rencontrant quelques clients un peu trop stressés ne demandant qu'à être rassurés quant à leur condition juridique. Le boulot... Amélia avait terminé sa journée et mourrait d'envie de fuir le travail. Elle savait bien qu'elle ne pouvait le fuir toujours mais ne serait-ce qu'un seul instant, penser à autre chose que des procédures juridiques pouvait sûrement aider à garder le morale.

La vie ne demandait qu'à être vécue paraît-il. Il était temps qu'elle pense à changer d'environnement. Cet environnement, c'était le BodyNight. Elle était passé à quelques reprises devant ce lieu étrange où elle voyait quelques fois ses collègues ou des gens très importants mettre les pieds. Jamais en 23 ans, elle n'avait osé mettre les pieds dans cet endroit. Ce soir, elle avait revêtu un costume de cuir rouge sous son manteau au col de fourrure. Ce soir, elle verrait ce que cachait vraiment ce club. Les gens y entraient sans regarder autour, ne semblant craindre que de ne pas souffrir assez pour faire fuir leurs craintes inutiles.

Amélia pénétra dans le lieu, ses cheveux blonds attachés en queue de cheval, regardant les gens vêtus la plupart de cuir, de métal, quelques fois presque nus. L'atmosphère était quelque peu tendu. Sans doute l'endroit fait-il cet effet lorsqu'on y met les peids pour la première fois. Elle retira son manteau, le tendant au portier qui lui remit un bracelet avec un numéro. Sans doute était-ce parce qu'il était trop facile de perdre les tiquets lorsqu'on se trouvait en cet endroit. Une musique plutôt forte régnait dans le hall. N'y connaissant rien en musique, Amélia supposa qu'il s'agissait de punk ou de métal. Sans doute pour aider à évacuer les frustrations. Elle pénétra un peu plus creux dans l'antre de la bête, si on pouvait dire ça ainsi. Un mâle solitaire attira son regard, assis à une table, semblant penser. Tiens, ce serait bien la première fois qu'elle voyait un homme penser... dans un endroit pareille. Une tête blonde, plutôt bien bâti. Elle s'approcha doucement, regardant légèrement autour pour voir s'il n'était pas accompagné et qu'elle aurait omis de voir celle qui se trouvait avec lui. Sa jupe de cuir dissimulait à peine ses sous-vêtements alors que son décoleté laissait entre-voir l'entre-deux de ses mamelles prêtes à savourer. Elle se permit de le tirer de sa rêverie d'un ton doux et sensuel.

- Vous ne devriez pas penser en ce jour de fêtes. C'est mauvais pour vous de vous concentrer comme ça sur vos tracas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Laytis

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 24/12/2009
Localisation : Pas loin des jolies fleurs

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Beta Testeur d'AGL

MessageSujet: Re: Le Vrai Visage [Amélia]   Lun 28 Déc - 23:04

Ce devait être un des seuls soirs de l'année pendant lequel Jules broyait du noir. C'était compréhensible cependant, il n'y avait rien d'agréable dans le fait d'être seul au milieu d'une ville remplie de couples et débordant d'amour. La fin de l'année n'était que le bilan angoissant des jours passés seul, pas étonnant donc de le voir si déprimé. Et après tout, il s'évertuait à être optimiste tout au long de l'année, il pouvait bien se permettre ce relâchement durant quelques jours même si l'endroit n'était pas idéal. Quelle idée avais-tu dans la tête pour venir dans ce lieu qui n'avait rien pour toi, Jules ?

Seul ? Il ne semble pas que le destin ait décidé de le laisser ainsi. Un peu de clémence dans ce monde sans scrupules ? Oh, ça semblait juste trop beau. On l'aborda, il leva ses yeux légèrement mouillés, non pas par une quelconque ivresse mais par l'émotion, la déception sans doute.


    " C'est la seule chose que je puisse faire... Je ne devrais même pas être ici. "


Tu viens de t'en rendre compte, Jules ? Impressionnant temps de réaction.

Lâchant un soupir qui s'éteignit camouflé par les autres râles des couples en ébat, le solitaire se leva de son chaise, les jambes mal assurées. Il n'avait pas bu, n'avait rien consommé d'illicite et pourtant il ne sentait plus de force dans ses muscles, comme totalement vidé de toute énergie vitale. Comme quoi, la dépression était d'avantage capable d'anéantir un homme que n'importe quelle autre substance... Jules n'était pourtant pas facile à démoraliser, il était du genre imperturbable, dragueur invétéré, capable de toutes les folies les plus... insolites pour séduire sa belle et malgré tous ses efforts, il n'avait jamais de soupirantes, ou alors elles se cachaient bien. Pourtant, présentement, il ne semblait même pas réagir à la tenue affriolante de son interlocutrice sortie de nulle part. Pourtant, c'était une potentielle intéressée, ce qui était rare.

Enfin, il faut dire que là tu ne passais pas inaperçu Jules. Plutôt que de faire le pitre, tu demeures muet et l'air perdu au milieu d'une orgie. Tu es un homme qui plus est, plutôt charmant, le simple fait de te voir inactif est farfelu. Normal que tu attires l'attention. D'ailleurs, tu viens d'arriver en ville, n'espère pas que quelques jours seulement te soient suffisants pour trouver une compagne. Neiren paraît une grande ville où les folies se mêlent, tu viens seulement d'apparaître, tu n'as pas eu le temps de te faire connaître ni désiré... Oui, c'est ça. Tout est une question de temps !! Ressaisis-toi alors mon grand, c'est l'heure de faire valoir tes droits de Don Juan. Non ?

<pouf>

Ah... il se rassoit.

Les mains crispées sur son pantalon noir, Jules se sent trop faible pour partir et rester lui est insupportable. Un dilemme. Il n'y a qu'une seule alternative : consommer des jus de fruits. Ca paraît aussi évident qu'inévitable, pas vrai ? D'une traite, il s'empara du verre devant lui et en engloutit le contenu, un jus d'orange assez tonique. Ca devrait le requinquer et lui laver l'esprit, il verrait certainement alors la belle plante qui l'avait interpellé après cela...

Au fait, était-elle partie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amélia Black
Avocate Nymphomane
avatar

Messages : 230
Date d'inscription : 30/08/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: Le Vrai Visage [Amélia]   Mer 30 Déc - 0:58

Amélia avait été lui parler. Bon... et sa réponse semblait vraiment déprimée. Hors elle était venue particulièrement pour s'amuser et elle n'avait en aucun cas l'envie de jouer les psychologues en ce lieu où elle en était à sa première visite. Le voyant broyer du noir, elle se contenta de prendre ses distances et d'aller se chercher un verre au comptoir. Sans doute était-ce préférable de le laisser seul pour l'instant, le temps qu'il reprenne un peu ses esprits. Sans doute était-ce la meilleure chose à faire. Elle n'en savait rien mais elle n'avait pas envie de broyer du noir ce soir. C'était fête quand même... Elle s'installa à une petite table non loin. La solitude dans cet endroit était plutôt un met étrange. C'est comme un dîner aux chandelles pour deux mais où il n'y a qu'une seule personne. Quelque chose manque, il y a une sorte de vide présent et qui allourdit l'atmosphère.

Certains hommes se trouvant présents sur les lieux vinrent voir Amélia lui suggérant que peut-ềtre elle devrait y aller avec eux. Le genre à boire et dont le poids dépasse largement les 100 kilos. Bref, le genre de mec qui a plus de gras sur le corps que de muscles. Certains poussent la vérité dans l'exagération en disant "muscles au repos"... de vrais porcs tout simplements. Amélia préférait des types au physique de Jules. Eux... c'était eux qui la faisaient rêver. Lorsqu'elle entrait dans leur danse, elle entrait en une sorte de transe et se bercait au rythme d'une musique imaginaire, sans doute du techno puisque le même rythme se répète mais avec des sons complémentaires, gémissements, râles de plaisir, quelques fois des cris et parfois-même des paroles. Cette danse constituait à elle seule une valse familière à Amélia qui ne vivait presque que pour ça.

Alors elle restait là assise en attendant qu'un bel homme ne l'aborde. Oui, parce que celui à qui elle venait de parler ne semblait pas être dans le meilleur état d'esprit. Mieux vallait attendre que d'être déçue. De toute manière, il ne semblait pas être à son aise dans ce lieu, ou peut-être... ce n'était que des spéculations. Amélia espérait seulement qu'il se reprenne, que son regard passe de l'état dépressif à un état d'éveil ?

En attendant, la blonde faisait cliquer ses ongles sur le verre qui constituait la table. Une sorte de verre à motifs incrustés des cercles, des carrés, formes basiques. Rien de bien compliqué. Le rebord en métal était aussi simple... Mais elle n'arrivait pas à détourner son attention de l'homme. Pourquoi ? Allez savoir !

- C'est d'un ennui... dit-elle en poussant un soupir d'ennui.

Les râles et gémissements de plaisirs poussés par les autres clients commençaient à exciter la belle qui se demandait si elle pourrait vraiment s'y amuser ou bien s'il vallait mieux venir en couple plutôt que seule. Elle regarda sa montre avec une moue de découragement. Sans doute aurait-elle fait mieux de rester chez elle. Elle vida son verre d'un trait, le goût brûlant de l'alcool se déversant dans sa gorge en l'enflammant au passage. Il en fallait peu pour qu'Amélia sente que l'alcool prenait le contrôle. C'est pour cette raison qu'elle buvait généralement avec modération. Quoi qu'avec Junsu, elle n'y avait pas été avec modération... mais ça... c'était tout autre. D'ailleurs, ce n'était pas le moment d'y penser. Mais un peu d'alcool... juste pour mieux se laisser aller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Laytis

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 24/12/2009
Localisation : Pas loin des jolies fleurs

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Métier: Beta Testeur d'AGL

MessageSujet: Re: Le Vrai Visage [Amélia]   Mer 30 Déc - 3:08

Personne...

Et voilà Jules, tu t'es fait baiser. Cette adorable fille était libre, sûrement prête à faire des folies et à cause de ta dépression à deux balles, que tu te coltines évidemment une fois par an depuis ton enfance, à tout fait foirer et en beauté. Crois-moi, tu auras pas de seconde chance, je l'ai vue et ouah, elle était canon je peux te le dire. Et ce regard, miam. Un regard lubrique, de vrais yeux de femme qui expriment une chose bien précise : le désir. Franchement, Jules, tu crains ! Raaah, qui m'a foutu un personnage pareil sur le dos ?

De nouveau seul, le poids de la détresse envahit le célibataire endurcit. Affalé dans son fauteuil, juste éclairé de temps à autre par les spots lumineux qui illuminaient l'ambiance tiède de la salle animée par les nombreux coïts, Jules laissa sa tête flancher en arrière, sa nuque se déposant sur le dossier moelleux et rembourré, son regard posé sur le plafond vide et sombre. Rien d'intéressant à regarder et pourtant ses yeux se perdirent dans les abîmes du bâtiment...

Entraîné dans sa propre transe, le jeune homme harcelé par les illuminations agressives des éclairages frénétiques tressaillit brusquement et leva machinalement son verre sans prenant la peine de relever sa tête. Le conteneur se déposa rapidement sur les lèvres fines du buveur qui vit le liquide dégringoler dans sa bouche et ruisseler autour de sa bouche par des filets abondants, des dizaines de gouttelettes perlant subtilement sur sa nuque et dévalant son torse découvert par sa chemise blanche. Des minuscules particules colorées, brillantes, alléchantes et sucrées qui ne donnaient qu'une envie : être goûtées et savourées.

Une fois le verre vide, son bras se laissa tomber à ses côtés, le verre dans sa main. Jules se saoulait à sa façon, s'abreuvant de jus de fruits de la maison. C'était agréable, rafraîchissant et ça l'apaisait. Son beau regard bleu ciel survola l'assemblée, demeurant silencieux et immobile il contempla les masses se mêler les unes contre les autres, s'accouplant sans contraintes ni conséquences, juste pour l'attrait du sexe, des plaisirs de la chair. Ca lui faisait froid dans le dos. Rien que de penser finir comme ça, c'était malsain et terrifiant. Il en viendrait sans doute à considérer la chose comme une vulgaire drogue. Un haut le coeur s'empara de lui mais ne se manifesta pas physiquement, juste par un bref soulèvement de sa poitrine. Attentif aux moindres mouvements, tout semblait fonctionner au ralenti autour de lui. C'était des silhouettes sombres qui formaient des mouvements répétitifs et parfois inquiétants, traînant dans une certaine démence leurs carcasses brûlantes et luisantes de sueur. Parfois, des vrais toxicos, des anorexiques, des gothiques, beaucoup de vieux dégueulasses poilus jusqu'en dessous des orteils, bien gras et recouverts de barbes qui abusaient en groupe sur des jeunes imprudentes. Un carnage aux yeux de Jules qui n'avait plus un semblant de force en l'état actuel des choses.

Après un instant, Jules se leva brusquement, faisant trembler la table devant lui. D'un pas lent mais décidé, il se rendit dans une salle, les toilettes pour hommes, évidemment inoccupés. Pourquoi se terrer dans les toilettes pour baiser quand on a une salle entière et des vingtaines de pièces à disposition pour se faire ? Il entra, s'avança vers l'évier central et posa ses deux mains dessus, s'appuyant de tout son poids contre ce dernier, puis grimpant sur le mobilier, dos à la vitre, fesses contre le bois, le regard confondu dans la lumière de l'ampoule centrale au plafond. Personne, un bruit de fond dérangeant, claquements contre les murs, râles obscènes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amélia Black
Avocate Nymphomane
avatar

Messages : 230
Date d'inscription : 30/08/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: Le Vrai Visage [Amélia]   Sam 2 Jan - 8:51

Elle était sans doute folle, mais Amélia ne lâchait pas prise si facilement. Elle le vit se diriger vers la salle de bain. Le voyant passer l'encadrement de la porte, elle calla son verre. Tant pis ! Elle le suivit donc, dans les salles de bain et s'approcha du type. Bon... les toilettes n'étaient pas l'endroit où l'odeur était la plus agréable, il fallait l'avouer, mais Amélia en avait vu d'autres... Elle repéra rapidement le type semi-dépressif qu'elle cherchait. Et encore une fois tant pis. Elle s'approcha et de ses petites mains, elle lui retira son manteau.

- Et si on s'amusait un peu ? C'est fête après tout non ? lui demanda-t'elle avec un sourire pervers.

L'alcool... c'est fou ce que ça peut... libérer l'esprit des gens timides parfois... et... les rendre cinglés aussi mais ça... c'est typique non ?

Les mains d'Amélia s'affairaient à lui retirer d'avantage. Elle en oubliait même qu'elle était dans les toilettes des hommes. Sans doute les gens ne s'en soucieraient pas trop. Peut-être d'autres viendraient aussi jouer... Qui sait ? Prise d'une certaine envie, Amélia se mit à l'embrasser avant de s'arrêter doucement.

- Je n'ai jamais fait ça dans les toilettes publiques... ajouta-t'elle avec un sourire pervers.

Elle abaissa la fermeture éclaire de son ensemble laissant entre-voir sa poitrine généreusement garnie puis vint masser avec insistance le bas du pantalon de Jules, histoire de l'échauffer un peu. Il semblait un peu coincé à vrais dire... Se laisserait-il tenter par une jolie blondinette ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Vrai Visage [Amélia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Vrai Visage [Amélia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le vrai visage de Fuehrer ? ( Kennedy/Sting/HBK/tous ) Storyline
» Le vrai visage du tournoi
» LE VRAI VISAGE DE PREVAL , D'ARISTIDE ET D'ALEXIS !
» ++Entretient avec Shinigami-SAMA!
» Mistico et la WWE : C'est signé !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neiren :: La ville " Neiren " :: Club BodyNight - SM & Echangisme-
Sauter vers: